La fondation soutient des personnes établies durablement en Suisse, en particulier:

  • des citoyens suisses
  • des titulaires d’une autorisation de séjour C
  • des réfugiés reconnus en tant que tels.

Elle le fait en fournissant «l’aide à l’entraide» nécessaire sous la forme de bourses pour de premières formations et de contributions pour les formations requises en cas de réorientation.

Ce que les personnes qui déposent une demande peuvent attendre de nous

  • une procédure simple, sans formalités inutiles
  • une évaluation globale de leur dossier; une certaine ouverture face aux projets inhabituels
  • de l'aide pour sortir d’une situation difficile
  • de la confiance et de la confidentialité
  • un soutien pensé jusqu'au bout: que se passera-t-il une fois le soutien terminé?

Ce que les personnes qui déposent une demande ne peuvent pas attendre de nous

  • une aide en remplacement de prestations étatiques (aide sociale, bourses cantonales) ou de contributions d’entretien
  • un soutien, lorsque la personne a le potentiel de réaliser son projet sans aide extérieure
  • des contributions de formation pour des études dans une haute école (haute école spécialisée, université ou haute école pédagogique), des prêts sont par contre octroyés dans la mesure du possible en collaboration avec l'organisation EDUCA SWISS.
  • un soutien, si la motivation de la personne n’est pas claire de notre point de vue
  • un soutien, s’il s’agit seulement pour la personne d’améliorer sa situation, mais pas d’en sortir véritablement
  • notre aide, si celle-ci ne serait «qu’une goutte d’eau dans l’océan», c’est-à-dire qu’elle ne représenterait pas un soutien durable «d’aide à l’entraide»

Ce que nous attendons des personnes qui déposent une demande

  • leur collaboration active pour améliorer leur situation / de l’initiative
  • de la transparence avant, pendant et après le soutien
  • un compte-rendu lorsque le soutien est terminé pour préciser ce que celui-ci a permis d’atteindre, «l’aide à l’entraide» qu’il a permis de réaliser 
Exemples

Exemples

Mme S. (45 ans) élève seule ses trois enfants qui vont encore à l’école. La famille dépend de l’aide sociale. Mme S. est coiffeuse, mais elle ne peut pas exercer son métier à cause d’une allergie. Dès la naissance de son premier enfant, elle a arrêté de travailler. Mme S. souhaite de nouveau être financièrement indépendante, elle aimerait obtenir un diplôme de bureautique/de commerce. La fondation atDta a payé les coûts de formation. Aujourd’hui, Mme S. exerce son nouveau métier.
 
Mme A. (48 ans) est assistante sociale diplômée. Après plusieurs années de chômage, elle décide de travailler comme indépendante et de créer une petite institution privée où des personnes mentalement handicapées peuvent passer leurs vacances. La fondation atDta a participé financièrement au lancement de cette institution et a consenti à Mme S. un prêt sans intérêt à long terme.

Mme Z. (35 ans) élève seule ses enfants et vit dans une institution sociale pour personnes dépendantes de la drogue avec des enfants. Son diplôme professionnel étranger n’est pas reconnu en Suisse. Mme Z. a gagné son combat contre la toxicomanie et travaille de nouveau. Elle est passionnée de sport et aimerait donc entreprendre une formation d’entraîneur de fitness. La fondation atDta a payé les coûts de formation. Aujourd’hui, Mme Z. vit seule dans son propre appartement et travaille comme entraîneur dans un fitness.